Produits de consommation : 15 logos et appellations trompeurs, et 9 logos fiables

 

Les labels et appellations trompeurs :

1- Le « Point Vert » d’Eco-Emballage

Ce logo ne signifie pas que l’emballage est recyclable ! En forme de flèches vertes rappelant étrangement le logo du recyclage en triangle, il est très souvent mal compris.

Ce signe indique simplement que le fabricant a payé sa contribution obligatoire à Eco-Emballages, un éco-organisme se chargeant du traitement des emballages une fois devenus déchets.

Les emballages ayant ce logo ne se recyclent donc pas nécessairement. Pour savoir si votre emballage se recycle ou non, vous pouvez utiliser le site Internet www.consignesdetri.fr

N’hésitez pas à diffuser cette information, car le mal-entendu autour de ce logo conduit à un fort taux d’erreurs de tri, rendant plus difficile et plus coûteux le travail en centre de recyclage.

2- « Designed in France » n’est pas « Made in France »

De plus en plus de marques de vêtements indiquent sur leurs étiquettes « Designed in France » (élaboré en France). Or cela ne signifie pas que le vêtement a été fabriqué en France, mais seulement que le modèle a été dessiné en France. Les commandes de fabrication ont pu être envoyées dans un autre pays (très probablement à la main d’œuvre peu chère et aux conditions de travail parfois très douteuses).

Ces marques profitent du mouvement qui favorise les produits fabriqués en France, mais en induisant (volontairement) les consommateurs en erreur.

3- L’appellation « Savon de Marseille » peut cacher des ingrédients très toxiques et polluants

L’appellation « savon de Marseille » n’est malheureusement pas une appellation protégée. Cela signifie que n’importe quel fabricant de savon peut indiquer « Savon de Marseille » sur ses paquets. Par conséquent, 90 % des savons de Marseille dans le commerce ne sont pas de vrais savons de Marseille ! Ils contiennent donc très souvent des ingrédients polluants et dangereux pour la santé du consommateur (conservateurs cancérigènes, additifs modifiant les hormones, parfums irritants, …).

Soyez donc méfiant lorsque vous achetez votre savon de Marseille. Pour savoir comment acheter le bon, voici l’article « Comment bien choisir son savon de Marseille ? »

Sur le même sujet : 10 utilisations astucieuses du savon de Marseille !

4- Bois durable : PEFC ou FSC ?

Pour choisir un bois ou un papier dont la forêt a été gérée durablement, le label FCS est plus fiable que PEFC. Un contrôle extrêmement faible voire parfois inexistant est nécessaire à l’attribution du logo PEFC ! C’est ce qu’a révélé une enquête de France 2 (cliquez ici pour en savoir plus sur cette enquête).

5- Le logo « UFSBD » sur les chewing-gums et dentifrices

Ce logo peut passer pour une preuve de qualité du produit. Certains même pensent qu’il indique que le produit est bénéfique pour leurs dents (c’est le mythe du chewing-gum remplaçant un brossage de dents …). Or grosso modo, pour pouvoir apposer ce logo, une marque a simplement besoin de payer une cotisation à UFSBD. Aucune preuve de qualité donc.

Pour une enquête plus approfondie et pleine d’humour, je vous conseille cette vidéo de l’émission « On n’est plus des pigeons » :

6- L’étiquette énergétique

Sur les marchés français depuis 2013, les appareils ayant un indice énergétique inférieur à A+ sont interdits. Un modèle A+ fait donc partie des moins performants du marché. Il est donc préférable de choisir des modèles A+++.

Cette étiquette est trompeuse puisqu’elle continue d’afficher les indices très mauvais et interdits en France, faisant ainsi penser que l’appareil qu’on achète est un des plus performants du magasin.

En savoir plus (dans un article de 60 millions de consommateurs) : cliquez ici.

7- Sans paraben (et autres allégations « sans »)

Attention, certes il n’y a pas de paraben dans ces cosmétiques, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’autres produits cancérigènes ! Le paraben (un conservateur cancérigène) est parfois remplacé dans ces produits par d’autres conservateurs tout aussi dangereux mais moins connus du grand public !

De même, dans les produits « sans sucre », celui-ci est remplacé par de l’aspartame, prouvé comme étant dangereux pour la santé humaine (bien plus que le sucre donc).

Méfiez-vous donc des produits « zéro » ou « sans », ces expressions ne sont pas un gage de qualité ou d’absence d’ingrédients dangereux.

En savoir plus : vidéo « Marketing : que valent les produits « zéro » », de l’émission On n’est plus des pigeons (pour l’ouvrir sur YouTube cliquez ici).

8- Les produits « lights »

Ce sont un peu les mêmes que les produits « sans » ou « zéro » évoqués ci-dessus.

Quand la matière grasse a été réduite à « 0 % de matière grasse », elle a souvent été remplacée par du sucre et des additifs (épaississants, arômes artificiels, …) !

Light ne veut donc pas dire sain !

9- « 99 % » … n’est pas 100 % !

Les gels d’aloe vera à « 99 % d’aloe vera » contiennent souvent un très grand nombre d’additifs, parfois dangereux pour la santé. Très peu de gels d’aloe vera ne contiennent pas d’ingrédients douteux. J’en conseille quelques-uns dans l’article Comment prendre soin de ses cheveux sans produits toxiques ou polluants : astuces « Slow Cosmétique »

10- « Fabriqué en France » = assemblé en France

« Fabriqué en France » signifie en fait « Assemblé en France ». Si les éléments d’un produit ont été fabriqués en Chine et au Pakistan, mais qu’ils ont été assemblés en France, vous lirez « Fabriqué en France », malgré les kilomètres parcourus par ses pièces.

Mais heureusement ce cas ne représente pas tous les cas des produits « fabriqués en France ». Il ne s’agit pas donc de  ne plus acheter les produits utilisant cette expression.

11- La DLUO (ou DDM) et la DLC

La DLC (Date Limite de Consommation) est la date de consommation du produit à partir de laquelle le fabriquant n’est plus responsable en cas de problèmes liés à l’état du produit. Mais une DLC dépassée n’indique pas que vous ne pouvez plus manger le produit ! Un yaourt est par exemple encore consommable 3 bonnes semaines après sa DLC ! Le fabricant a intérêt à indiquer des DLC courtes afin de prendre le moins de risques possible.

La meilleure façon de savoir si votre aliment est encore bon : le sentir puis le goûter.

La DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) (ou DDM : Date de Durabilité Minimale) est encore moins une date sur laquelle se fixer. Elle indique seulement qu’après cette date, l’aliment peut perdre en couleur ou en goût. Cela n’indique donc pas que l’aliment n’est plus consommable !

Par exemple, des aliments ne se périmant jamais (huiles, pâtes, riz, …) ont une DLUO. Les magasins ont même le droit de vendre un aliment dont la DLUO est dépassée.

Sur le même sujet : Optimisez l’utilisation de vos aliments : astuces et recettes

12- « Saveur de l’année »

Les marques font goûter, si elle le veulent, leurs produits à 120 consommateurs (c’est-à-dire pas grand monde : 120 est un chiffre bien trop bas pour pouvoir prétendre représenter la population française). Seul le goût compte, ce qui n’est pas une grande garantie : aucun critère concernant les conséquences environnementales, les ingrédients sains, les lieux de production, … n’est pris en compte.

13- « Élu produit de l’année »

Pour le coup, c’est ici l’expression la plus « bidon » de cette liste. Elle ne garantie rien : les testeurs ne goûtent même pas les produits avant de voter (le choix semble être fait en fonction des paquets). Il s’agit ici seulement d’une allégation marketing !

14- Les codes « 0 », « 1 », « 2 » ou « 3 » imprimés sur les œufs

Des chiffres et lettres sont imprimés sur vos œufs. Loin d’être inutiles au consommateur, ils vous apportent d’importantes informations.

« 3 FR » : Poules élevées en cage … à 16 poules au m² ! Les conditions d’élevage sont absolument abominables : les poules ne peuvent presque pas bouger, ne voient jamais l’extérieur, elles souffrent de beaucoup de blessures non soignées, … Ces œufs sont donc à éviter à tout prix !

« 2 FR » : Poules élevées au sol à l’intérieur. Elles ne sont pas dans des cages mais sont très serrées et ne voient jamais l’extérieur. Leurs conditions de vie sont très mauvaises. Ces œufs sont également à éviter absolument.

« 1 FR » ou « 0 FR » : poules élevées en plein air ou biologiques. Les conditions de vie sont bien meilleures. Les poules sortent à l’extérieur la journée. Toutefois elles restent serrées la nuit à l’intérieur. Les œufs bio sont à préférer aux œufs de plein air : en bio, 90% de la nourriture des poules sont biologiques, ce qui rend les traces de pesticides très rares.

Pour l’ensemble de ces catégories d’œufs :

– le bec des poules est coupé à la naissance

– les poussins mâles … sont tués broyés ou gazés (car ils ne produisent pas d’œufs) !

– les poules sont abattues après un an de ponte

Pour avoir plus d’infos sur ces différentes catégories, cliquez ici !

Ces codes sont très pratiques contre les commerçants (sur les marchés) vendant des œufs qu’ils prétendent être de poules en plein air mais qui portent pourtant les codes « 03 FR » ou « 02 FR » …!

15- Rainforest Alliance Certification

Ce logo peut être apposé sur un aliment dont seulement 30 % du contenu ont respecté certains critères de culture durable. C’est déjà bien certes, mais l’aspect trompeur de cette certification (le consommateur est amené à croire que c’est tout l’aliment qui est concerné, et pas seulement une petite partie) est gênant.

Les logos et certifications fiables :

1- Slow Cosmétique

La Check-List à télécharger pour un shopping #slowcosmetique ! À emmener partout pour décrypter le étiquettes des produits. (Lien dans la bio)

A post shared by Slow Cosmétique – le Mouvement (@slowcosmetiqueofficiel) on

La mention « Slow Cosmétique » est une très bonne référence pour vos cosmétiques (maquillages, parfums, crèmes hydratantes, …). Les critères pour obtenir cette mention sont très stricts et concernent l’impact environnemental et les effets des ingrédients sur la santé.

Cette mention est délivrée par l’association Slow Cosmétique, que je vous conseille vivement (cliquez ici pour voir leur site internet et en savoir plus sur cette mention).

2 – Label Rouge (mais il reste beaucoup moins exigeant que le label biologique)

Le Label Rouge certifie une certaine qualité du produit et des critères d’élevage des animaux meilleurs que les produits classiques. Toutefois, la certification biologique reste bien meilleure que le Label Rouge. Mais si vous avez le choix entre un produit classique et un produit Label Rouge (surtout pour les produits animaux : œufs, viande, laitages, …), je vous conseille de choisir le Label Rouge.

3- Certifications bio française et européenne

Cette certification est donnée aux produits composés à 95 % ou plus d’aliments n’ayant reçu aucun pesticide ou engrais chimique de synthèse. Le label biologique impose également des critères de conditions d’élevage des animaux.

Le label bio français (« AB ») était plus strict que le label européen (feuille verte en étoiles). Mais il a été obligé, par l’Union Européenne, de baisser ses critères à ceux du label européen.

Attention, le label « AB » français n’indique pas que le produit a été fabriqué en France ! La seule façon de le savoir est de lire « Issu de l’agriculture française ». Même s’il donne moins d’informations, le logo européen indique si le produit est issu de l’agriculture de l’Union Européenne ou non (« Agriculture UE », « Agriculture non EU » ou « Agriculture UE/non UE).

Malheureusement, biologique ne veut pas dire local, de saison, équitable ou zéro-trace de pesticides. D’autres labels (ci-dessous) vont plus loin et sont donc encore plus gages de qualité et/ou de durabilité des cultures.

4- Nature et Progrès

Nature et Progrès est un rassemblement de producteurs et de consommateurs. Leur certification se concerne pas que le bio, mais impose une absence d’huile de palme ou de traces d’OGM. L’alimentation des animaux herbivores concernés doit provenir à 50 % au moins de la ferme.

5- Demeter

Cette certification implique des critères supplémentaires à la certification biologique. Entre autres : limitation de la taille des exploitations, utilisation au maximum des sous-produits de la culture (déchets végétaux et animaux), utilisation de préparations naturelles comme engrais, …

6- Bio-cohérence

Bio-cohérence concerne les produits biologiques, ayant moins de 0,1 % de traces d’OGM et sans mixité de culture avec du non-bio. Pour la viande, les œufs et les laitages, 80 % la nourriture donnée aux animaux doivent avoir été produits sur place.

7- Ensemble

Ce label est assez complet et donc intéressant : il concerne les produits 100 % biologiques et provenant d’exploitations de taille limitée. Il interdit les fruits et légumes cultivés sous serres chauffées. 100 % de la nourriture donnée aux animaux doit être biologique, et produite sur place (pour 50 % ou plus). La priorité est donnée aux races locales.

8- Bio partenaire et Bio solidaire

Bio solidaire interdit le chauffage des serres et concerne uniquement les exploitations françaises. Ce label implique qu’une partie du prix est reversée en investissement de l’entreprise pour développer sa filière.

Bio partenaire certifie que le produit produit du commerce équitable (dynamisation de l’économie locale, revenus justes, …).

9- Commerce équitable, lorsqu’il est combiné au label bio

Attention, équitable ne signifie pas bio !

Le label Max Havlaar, par exemple, concerne principalement les petits producteurs qui s’engagent à prendre soin de leurs ressources naturelles et à modérer leur utilisation de pesticides.

Lorsqu’il est apposé aux côtés du label bio, il y ajoute donc des garanties supplémentaires et intéressantes.

En savoir plus sur les différents logos :

Lire aussi sur le blog :


17 réflexions sur “Produits de consommation : 15 logos et appellations trompeurs, et 9 logos fiables

  1. Bonjour Aline,
    Dans les sans, il y en a un que je guette particulièrement : « sans sucre ajouté » pour les compotes garantit en général de n’avoir que le fruit et son sucre naturellement compris dedans alors que les compotes « allégées en sucre » veulent dire qu’ils rajoutent du sucre mais moins ! Merci pour cet article très instructif !

    J'aime

  2. Bonjour 🙂 Merci beaucoup pour cet article c’est vrai qu’on s’y perd avec tous leurs nouveaux logos. J’ai récemment acheté des tablettes « Maison Verte » j’y ai trouvé dessous un logo « E+ entrepreneurs engagés » le connaissez vous ? Je suis revenue sur votre article car j’étais persuadé l’avoir vu mais non 😉

    J'aime

    1. Bonjour Adine,
      Merci, je suis ravie que l’article vous soit utile, car c’est le but !
      Désolée, je ne connais pas ce logo. Lorsque j’en vois un que je ne connais pas, personnellement je me méfie car cela peut être une allégation trompeuse de la part de la marque (mais peut-être que ça ne l’est pas). D’autant plus que cela ne m’étonnerait pas de la part de la marque dont vous parlez. Attention à ces marques aux packaging verts, avec des feuilles et tout ce qui fait penser à la nature et donc à un produit naturel, car cela n’est souvent pas le reflet du produit. Le mieux reste toujours le fait maison avec des produits simples et sains comme du savon de Marseille à l’huile l’olive, du bicarbonate et du vinaigre blanc : un article du blog est dédié à des recettes faciles et très économiques de produits ménagers (dans l’onglet « Ménage & Déco ») si cela vous intéresse 😉
      Aline

      J'aime

  3. Merci pour cet article, je ne savais pas que les poussins subissaient tout ça… Je vais chercher des alternatives aux oeufs !

    J'aime

    1. Merci infiniment, je suis très touchée ! Je fais toujours de mon mieux pour cela, car je pense exactement comme vous, la pédagogie est primordiale (notamment ne jamais dériver vers des tentatives de culpabilisation, mais bien d’informer, d’expliquer clairement, de mettre en perspective, d’illustrer, etc, en s’adaptant à son public) 🙂
      A très vite j’espère !
      Aline

      J'aime

    1. Bonjour Carole,
      Je suis ravie que l’article te soit utile !
      Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne les produits dans lesquels il est évident qu’il n’y a pas de gluten (comme les jus de fruits), ou dans lesquels le gluten n’est pas problématique (les produits qui ne se mangent pas, comme le savon). Toutefois, aussi surprenant que cela est, un grand nombre de chocolats ou de yaourts (surtout les crèmes desserts), par exemple, contiennent du gluten. Cela est très dangereux pour les intolérants au gluten (maladie cœliaque). La mention « sans gluten » sur ces produits leur est donc très utile 😉
      Aline

      J'aime

  4. Bonjour,
    Attention à ce que vous dites sur PEFC, c’est aussi fiable que FSC. Le Reportage de France 2 ne nous dit pas tout ! J’ai fait certifié des parcelles forestières et le propriétaire s’engage à fournir des informations correctes, en gros, il est responsable devant la loi de ce qu’il certifie.
    Les journalistes ont voulu faire un « Show » en certifiant un parking. J’avoue que je ne regarde plus ces soit-disants reportages de la même manière…
    Certaines certifications ne sont pas parfaites mais elles ont le mérite d’exister et d’avoir pour but d’aider un client Lambda à s’y retrouver. Des gens bossent dur pour cela. Alors que d’autres sont seulement là pour nous faire acheter des produits.
    De manière générale, il est important de prendre du recul sur ce qu’on peut voir sur Internet et à la télé… et même lors des achats : acheter local, en connaissant le circuit des produits, cela n’a pas besoin de certificats ou de Label…
    Bonne journée

    J'aime

    1. Bonjour Colline,
      Greenpeace a étudié entre autres ces deux labels et a bien confirmé que PEFC est bien moins fiable que FSC 😉
      Si PEFC annonce durable du bois qui ne l’est pas, c’est très problématique pour le consommateur, qui achète le produit pour cette raison.
      Aline

      J'aime

  5. C’était qd même plus simple qd les femmes aliénés et enfermées à la maison , dévouées à leurs enfants et mari allaient presque tous les jours acheter legumes frais et viande à la boucherie , et les lentilles par 500 g ( avec les petits cailloux ) chez l’epicier …où il y avait aussi du vrai savon de Marseille…je fait partie des aliénées….😃
    En Allemagne , mon pays paternel , il n’y a pas de Auchan , Leclerc et autres et beaucoup de petits commerces même ds les grandes villes comme Hambourg…ceci semble nous éloigner du sujet , mais je pensais juste que c’est la surconsommation de masse qui engendre aussi toutes ces cochonneries…les industriels s’en mettent plein les poches ….ds tous les domaines …il y avait aussi autrefois une façon d’économie pour faisait réutiliser tous les tissus de la famille , coudre soi même , réparer les outils , choses qui reviennent à la mode , je trouve ça chouette …tout simplement parce que le droit à la retraite , la sécu et autres n’existaient pas ..Attention , je ne suis pas une super nostalgique , je cherche juste comment appliquer un certain bon sens populaire à une vie d’aujourd’hui …
    Le bio ect , c très bien , il est honteux que l’état ne soutienne que les grosses parcelles , je suis végétarienne et très attentive à ce que nous consommons …mais le hic ,c que les bons labels sont trop chers pour le populo ( j’en fais partie ) …alors acheter d’occasion chez Emmaűs et cultiver une parcelle de légumes , acheter les légumineuses et autres au biocoop ….et faire toute la nourriture et les produits maison . Ce que je fais …je n’ai jamais le temps de m’ennuyer en temps que mère au foyer , et il le reste même du temps pour moi …

    J'aime

Commentez ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s