Tout savoir sur les protections hygiéniques écoresponsables : les 4 vraies solutions pour tous et les 2 produits à éviter absolument

Protections féminines, quels impacts sur l’environnement ?

En France, 13% de nos ordures ménagères sont composées de textiles sanitaires (couches, mouchoirs, tampons, serviettes hygiéniques, …)*. Mais les impacts environnementaux des protections hygiéniques jetables classiques ne se résument pas à la quantité importante de déchets qu’ils représentent. Ils sont polluants dès leur fabrication, car la grande majorité est composée de matières plastiques. Leurs autres composants ont également un lourd bilan environnemental, car la culture du coton (très gourmande en eau) et son transport (le coton est souvent cultivé en Inde, en Chine, au Pakistan, aux Etats-Unis, en Ouzbékistan ou encore au Brésil) et la fabrication de la cellulose (souvent utilisée pour le cœur absorbant des protections) utilisent des ressources naturelles en grandes quantités et sont sources d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Un impact d’autant plus lourd que la durée d’utilisation de chaque protection ne dépasse pas quelques heures.
* source du chiffre :  Zero Waste France

Les solutions écologiques, saines et pratiques

1 - LES CULOTTES DE REGLES 🩲❤️

C’est le top du top ! Il s’agit de culottes classiques, auxquelles a été ajouté un cœur absorbant discret et intégré, au niveau de l’entre-jambes. Elle se met le matin et s’enlève le soir et peut également être utilisée la nuit. De loin la protection hygiénique la plus confortable et la plus pratique selon de nombreuses femmes (dont je fais partie).

Il en existe de tous les styles et couleurs selon les marques, de la culotte shorty noire discrète, à la culotte élégante et colorée à dentelle.

Les culottes menstruelles peuvent être utilisées :

la nuit

en faisant du sport

✅ en baignade (il existe des maillots de bain menstruels)

✅ à tout âge

✅ même avec un stérilet

🕑 Jusqu’à 12h de suite

Ces culottes de règles ont un grand succès depuis quelques années et sont maintenant très présentes dans de nombreux magasins : grandes surfaces, parapharmacies, magasins biologiques, internet, …

Toutefois, toutes les marques ne se valent pas, notamment lorsqu’on regarde de plus près les conditions de leur fabrication (les marques commercialisées dans certains hypermarchés ou les enseignes telles qu’Etam présentent par exemple des conditions de travail et des pratiques environnementales peu convaincantes : fabrication en Asie, fibres synthétiques non recyclés, absence de labels environnementaux, …). J’ai donc testé pour vous plusieurs marques engagées. Voici mon top 3, dont l’efficacité des culottes menstruelles m’a convaincue :

A noter : il ne s’agit ni d’une publicité, ni d’un post sponsorisé. J’ai choisi en toute indépendance ces marques en fonction de leurs engagements sociétaux et environnementaux et ne reçois aucune rémunération, quelle qu’elle soit, pour l’écriture de cet article.

MON TOP 3 DE MARQUES ENGAGEES

🌍 Les engagements de la marque :

Attention, certains engagements ci-dessous ne concernent que la collection Plumetis

  • Culotte composée de coton biologique, de bambou et de matières synthétiques recyclées
  • Tissus fabriqués en France, en Italie et en Turquie (à noter : il est encore très difficile de trouver des culottes menstruelles entièrement fabriquées en France)
  • Culotte certifiée OEKO-TEX : ce label contrôle et limite la présence de certaines substances reconnues comme nocives pour la santé du consommateur

📏 Tailles disponibles : du 34 au 48

🏷️ Prix : entre 39 et 49€ selon les modèles

💬 Mon avis : Zéro fuite et absorption au top, même avec un flux abondant (pour les modèles pour flux abondant) ! Ultra confortable et même élégante avec son détail en dentelle. Dommage que les prix soient légèrement plus élevés que les autres marques citées ci-dessous.

🌍 Les engagements de la marque :

  • Culottes fabriquées au Portugal à partir de tissus fabriqués en Espagne, au Portugal, en Italie et en Turquie
  • Intérieur et extérieur de la culotte composés à 94% de coton biologique (label GOTS)
  • Absorbant en Tencel (fibres végétales issues du bois d’eucalyptus, provenant de forêts dites gérées durablement).

📏 Tailles disponibles : du 32 au 52

🏷️ Prix : entre 29 et 39€ selon les modèles

💬 Mon avis : Zéro fuite et absorption au top, même avec un flux abondant (pour les modèles pour flux abondant) ! Ultra confortable. Un large choix de couleurs, styles, formes, …

🌍 Les engagements de la marque :

  • Culotte fabriquée en France (une des rares marques à en proposer)
  • Culotte composée à 95% de coton biologique
  • Absorbant en bambou
  • Culotte certifiée OEKO-TEX : ce label contrôle et limite la présence de certaines substances reconnues comme nocives pour la santé du consommateur.

📏 Tailles disponibles : du 26 au 56

🏷️ Prix : entre 20 et 39€ selon les modèles (à noter : les modèles les moins chers sont prévus pour des flux faibles)

💬 Mon avis : Zéro fuite et absorption au top, même avec un flux abondant (pour les modèles pour flux abondant, c’est-à-dire les modèles « Nuit ») ! Ultra confortable. Un large choix de tailles et de modèles.

Je les ai testées et n’ai pas été convaincue : Smoon (déçue par son pouvoir absorbant) et Anchel par Lemahaieu (la seule culotte que j’ai testée avec laquelle j’ai eu des fuites. Très déçue, d’autant que c’est la culotte menstruelle la plus présente en magasins biologiques…).

Vous connaissez d’autres marques engagées qui vous ont convaincu(e) ? Dites-nous lesquelles en commentaires !

👇 FAQ sur les culottes de règles 👇

Au moment d’enlever votre culotte de règles, rincez-la sous l’eau froide (surtout pas d’eau chaude, qui fixerait les taches dans le textile) en la pressant pour faire sortir un maximum de sang. Puis direction le bac de linge sale, où elle pourra être stockée telle quelle jusqu’à 3 jours. Lavez votre culotte avec le reste de votre linge, à 40°C maximum. Pour préserver le pouvoir absorbant de votre culotte, ne la lavez pas avec du savon ou avec une lessive à base de savon (le savon risquerait d’encrasser les fibres absorbantes), n’utilisez pas d’adoucissant (psssst, votre linge n’en sera pas plus rèche, l’adoucissant n’est pas vraiment utile au quotidien !) et séchez-la à l’air libre (les culottes menstruelles ne supportent pas le sèche-linge).

Non. Il vaut mieux la rincer sous l’eau sans trop attendre. En revanche, une fois rincée, elle peut attendre jusqu’à 3 jours avant d’être lavée en machine.

L’expérience m’a appris que, pour les culottes de règles, si vous hésitez entre deux tailles, il vaut mieux choisir la plus grande, pour votre confort.

Elles se mettent et s’enlèvent comme une culotte classique. Sauf flux très abondant, elles se mettent le matin et s’enlève le soir, ce qui permet de ne pas être dérangé par le fait qu’il faille enlever son pantalon ou son collant pour la changer. Toutefois, certaines marques proposent des culottes de règles qui se dégrafent sur les côtés, afin de pouvoir les changer facilement, même à l’extérieur.

Elle peut être portée jusqu’à 12h de suite, jour comme nuit !

Oui ! Comme pour les serviettes ou les tampons classiques, il existe des culottes de règles pour flux faible, moyen, abondant et très abondant. Une seule culotte menstruelle pour flux abondant peut absorber ce qu’absorbent 4 tampons !

Utilisée tous les mois, sa durée de vie sera généralement de 5 à 7 ans !

A la différence des protections hygiéniques intravaginales, la culotte menstruelle s’utilise à tout âge. Elle ne nécessite pas particulièrement de connaissance de son corps ou de manipulation particulière. Elle est donc parfaitement adaptée aux ados.

Oui ! Les saignements du post-partum sont souvent très importants. Les premiers temps, des protections jetables spéciales post-partum peuvent être plus adaptées. Une fois ces flux très importants passés, des culottes pour flux abondant peuvent tout à fait être utilisées.

Lavez votre culotte de règles 3 fois avant la première utilisation, en suivant les indications de lavages ci-dessus.

2 - LES SERVIETTES LAVABLES ❤️

Crédit photo : Dans Ma Culotte

Ces serviettes en tissu sont dotées d’ailettes à scratchs ou à bouton pression leur permettant d’être fixées sous la culotte, comme une serviette traditionnelle à ailettes adhésives. Il en existe de toutes les couleurs, tous les motifs et pour tous les flux.

Leur utilisation et leur lavage sont similaires à ceux d’une culotte menstruelle. Rendez-vous dans la FAQ ci-dessus pour retrouver tous les conseils de lavage, d’entretien, d’utilisation, etc.

Les serviettes hygiéniques lavables peuvent être utilisées :

✅ la nuit

✅ en faisant du sport

❌ en baignade

✅ à tout âge

✅ même avec un stérilet

🕑 Jusqu’à 12h de suite

Des marques françaises engagées : PLIM, Dans ma culotte, …

Je les ai testées et n’ai pas été convaincue : les serviettes lavables Anaé (seule marque avec laquelle j’ai eu des problèmes d’étanchéité. Dommage, car c’est une marque très distribuée dans les magasins biologiques)

Retrouvez une fiche illustrée résumant toutes les solutions pour des règles écologiques à la fin de l’article !

3 - LA CUP MENSTRUELLE ❤️

Crédit photo : Week'Up

Cette coupe en silicone chirurgical, placée à l’entrée du vagin, récolte le sang, jusqu’à 6 heures d’affilée. Puis elle se rince sous l’eau et se replace.

Quelques petites choses à savoir sur la cup :
  • Elle demande de la pratique au début. Lisez avec attention les conseils de la marque pour apprendre à mettre et enlever la coupe. Il peut être intéressant de regarder des vidéos de conseils comme celle-ci, parfois plus explicites, que des schémas. Une fois les bons gestes compris et pratiqués, ils deviendront faciles et rapides. Il peut être intéressant d’utiliser la cup avec une serviette lors des premiers mois, le temps de trouver ses marques;
  • Il existe des applicateurs lavables pour coupe menstruelle, si vous le souhaitez;
  • Il est indispensable de la stériliser 5 minutes dans une casserole d’eau bouillante avant la première utilisation du cycle, voire également au cours du cycle ;
  • Une seule cup par personne est nécessaire ;
  • Il existe plusieurs tailles de cup, en fonction de votre âge et d’un accouchement ou non par voie basse. Suivez les indications de la marque au moment du choix de la taille. En cas de fuites qui persistent, il peut être nécessaire de changer de taille;
  • Elle demande d’être relativement à l’aise avec son corps et n’est, pour cela, probablement pas la protection hygiénique la plus adaptée à la plupart des jeunes ados.

Prix moyen : entre 20 et 30€ (trouvables en parapharmacies, en grandes surfaces, en magasins biologiques, sur internet, …).

Durée de vie : 5 ans environ.

La cup menstruelle peut être utilisée :

✅ la nuit

✅ en faisant du sport

✅ en baignade

❌ à tout âge

❌ même avec un stérilet (peu recommandé par les professionnels de la santé)

🕑 Jusqu’à 6h de suite

4 - LES SERVIETTES ET TAMPONS JETABLES CERTIFIÉS BIOLOGIQUES ET SANS PLASTIQUE

Si aucune des solutions lavables ci-dessus ne vous tentent (au quotidien ou en voyage, par exemple), il existe des protections hygiéniques jetables aux impacts environnementaux plus faibles que leurs concurrents classiques. Notez qu’elles restent toutefois moins écologiques et moins économiques que les protections lavables.

Les critères indispensables pour des serviettes ou tampons jetables réellement engagées :

✔️ 100% du coton utilisé est certifié issu de l’agriculture biologique (car attention, parfois seul le voile de surface est en coton biologique, comme l’exemple très trompeur ci-dessous)
✔️ Les serviettes/tampons ne contiennent aucun plastique (information à chercher sur la boite, souvent inscrite de la façon suivante : « sans plastique » ou « 100% compostables »).

Quelques marques (disponibles en grandes surfaces, parapharmacies, magasins bio, …) qui répondent à ces deux critères : NETT Coton Bio (vendus en grandes surfaces), Jho, Les petites choses, ECO by Naty (vendus dans certaines grandes surfaces), Organyc, Natracare, …

Le petit plus : la présence de labels fiables tels que OEKO-TEX (qui contrôle et limite la présence de substances reconnues comme dangereuses pour la santé du consommateur), Ecocert et/ou Ecolabel Européen. C’est le cas par exemple des serviettes et tampons NETT Coton Bio.

Privilégiez si possible des tampons sans applicateurs, afin de réduire les déchets générés par l’usage de ces protections. Si toutefois vous souhaitez utiliser un applicateur, assurez-vous qu’il soit sans plastique (les marques répondant aux critères cités ci-dessus proposent généralement des applicateurs en carton) ou, encore mieux, utilisez un applicateur lavable comme celui-ci !

Crédit photo Instagram @dameforgood
Les serviettes et tampons jetables plus écologiques peuvent être utilisés :

✅ la nuit

✅ en faisant du sport

✅ en baignade (pour les tampons)

✅ à tout âge (pour les serviettes)

✅ même avec un stérilet

🕑 Jusqu’à 12h de suite

⚠️ Quelques exemples de greenwashing ⚠️

Certaines marques laissent penser que leur produit est entièrement composé de coton biologique. C’est le cas de ce produit Always. Munissez-vous de votre loupe : la mention « 100% coton biologique » ne concerne pas le produit entier, mais seulement son petit voile supérieur (le reste du produit étant composé de cellulose et de plastique) !

Certains termes, comme « écologique », ne sont pas encadrés par la loi et sont très floues. C’est le cas de ces protections Monoprix. En retournant le produit, on s’aperçoit que le produit a, certes, quelques engagements environnementaux (cellulose issue de forêts certifiées FSC et film extérieur composé à 80% de canne à sucre), mais pourrait aller bien plus loin pour être réellement plus écologiques. Ce produit-ci ne répond pas du tout aux critères évoqués ci-dessus : son coton n’est pas biologique et il contient de la cellulose et du plastique.

Les fausses bonnes idées de protections hygiéniques écologiques

❌ LES EPONGES (NATURELLES OU ARTIFICIELLES)

Les éponges naturelles (éponge végétale ayant poussé en mer) ou artificielle (en matières plastiques) sont parfois présentées comme des produits menstruels écologiques. Mais attention ! Il n’existe aucune donnée scientifique sur la sécurité de leur usage interne. Elles posent par ailleurs deux problèmes :

1- Le staphyiococcus aureus est une bactérie pouvant vivre dans un environnement tel qu’une éponge de mer. Une fois dans le vagin, il peut être très difficile de se débarrasser de cette bactérie. Des risques de chocs toxiques existent.

2- Les éponges, surtout si elles sont naturelles, ont tendance à se déchirer une fois mouillée. Il est donc possible que des morceaux d’éponges restent dans le vagin après l’extraction du produit, pouvant ainsi y entrainer un développement important de bactéries et présenter de réels risques pour la santé.

Source : Dr Danielle Jones, gynécologue-obstétricienne (en savoir plus ici – source en anglais).

❌ LES TAMPONS LAVABLES EN TISSU

Tout nouveaux sur le marché, les tampons lavables sont des bandes de tissu à rouler sur elles-mêmes et à insérer dans le vagin comme un tampon classique. Attention tout de même, car ces tampons n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques. Par ailleurs, comme toute protection hygiénique intravaginale, ils devraient être stérilisés avant leur insertion. Or si ces tampons sont simplement lavés en machine, même chaud, ce n’est pas le cas. Par mesure de précaution, mieux vaut probablement donc privilégier les alternatives sûres évoquées ci-dessus (culottes de règles, serviettes lavables, cup menstruelle ou protections jetables engagées).

Un résumé en images à partager...

LIRE AUSSI :

Pour plus d'astuces de ce genre,
suivez le blog sur ses réseaux sociaux !


23 réflexions sur “Tout savoir sur les protections hygiéniques écoresponsables : les 4 vraies solutions pour tous et les 2 produits à éviter absolument

  1. Bonjour, merci pour votre article ! franchement, cela fait au moins 5 ans que j’essaie de trouver une solution simple et efficace, et ce n’est pas facile… J’ai été adepte de la cup, mais j’en reviens, à cause de la durée. Les professionnels de santé recommandent de ne pas la porter plus de 6 heures (donc pas la nuit et difficilement pendant une journée de travail), comme un tampon, pour éviter le syndrome du choc toxique. Bonne journée !

  2. Merci pour cet article très complet! Pour les culottes menstruelles, est-ce que les odeurs partent facilement avec le lavage à 40°C? (j’utilise des serviettes lavables et je lave à 60°C celles qui servent pour les moments de flux abondant voire très abondant pour qu’il ne reste pas d’odeur)

    1. Bonjour Claire,
      Il est recommandé de ne pas dépasser 30°C (voire éventuellement 40°C) lors du lavage afin de ne pas abimer les fibres absorbantes, au risque de diminuer le pouvoir absorbant de la serviette/culotte. Un lavage à chaud n’est par ailleurs pas nécessaire. Il suffit de rincer à l’eau la serviette ou culotte dès qu’on l’enlève (en pressant plusieurs fois pour faire partir un maximum de sang, jusqu’à ce que l’eau soit quasiment claire), puis de la laver à la machine dans les 3 jours qui suivent 🙂
      A très vite sur le blog !
      Aline

  3. Depuis plusieurs années, j’utilise les serviettes lavables plim et j’en suis vraiment satisfaite. Elles me suffisent amplement.

  4. Bravo pour cet article très complet ! Pour ma part, je suis aussi adepte des culottes menstruelles, sauf pour le J2 ou je n’ai pas encore trouvé de culottes suffisamment absorbante pour ne pas avoir à changer toutes les 2h 😅.

  5. Merci pour cet article très complet, je me permets néanmoins de nuancer : j’ai un stérilet depuis 5 ans et j’utilise des cups pour la journée, et la baignade, Shl pour la nuit.
    A chaque visite chez ma gynéco, elle vérifie mais n’a jamais remarqué le moindre mouvement de mon stérilet. Il faut être vigilante quand on enlève sa cup à ne pas créer un effet ventouse et c’est tout!
    Avis confirmé par la sage femme qui m’a suivie en post partum.

  6. Merci pour cet article bien complet! J’utilise les culottes et ça ma changé la vie! Je me permets de mentionner les culottes menstruelles Réjeanne, qui sont fabriquées en France, jolies, et très absorbantes (le modèle nuit en particulier m’a enfin permis de passer des nuits sereines!). Ce sont mes préférées! Elia, Aglaé, la culotte parisienne et Plim sont aussi des marques françaises de qualité à mon sens.

  7. Bonjour Aline,
    Merci pour cet article très complet !
    J’ai 3 questions :
    1* Il m’arrive de ne pas avoir de lessive à faire 3 jours après avoir rincé mes culottes de règle, alors j’ai l’habitude de les faire sécher après rinçage pour ensuite les faire patienter dans le panier à linge. Est-ce ok comme ça ou dois-je les réhumidifier avant lavage ?
    2* J’utilise quand-même un peu de savon détachant au moment du rinçage, ça craint si j’ai bien compris. Il faut que je trouve une lessive sans savon. Est-ce que ça se fabrique maison une lessive sans savon ?
    3* J’ai récemment lu qu’on pouvait « décrasser » de temps en temps ses culottes avec un trempage d’une nuit dans du percarbonate de soude. Comme tu n’en parles pas ici, je me demandais si c’était une option valable…
    Très bonne journée !

    1. Bonjour Caroline,
      Ravie que l’article vous ait plu 🙂 Voici mes réponses à vos questions :
      * 1 Pour des raisons d’hygiène, il est fortement déconseillé d’attendre plus de trois jours avant le lavage de la serviette ou de la culotte. Si vous ne faites pas de lessive dans les 3 jours, vous pouvez la laver tout de suite à la main, avec un peu de lessive 🙂
      * 2 Il n’est malheureusement pas possible de fabriquer une lessive maison qui ne soit pas à base de savon. Mais ce n’est pas grave, il existe de nombreuses marques réellement engagées dans la commerce, qui propose des lessives écologiques. Personnellement, je n’utilise pas de savon détachant sur les miennes, mais si vraiment vous préférez en avoir un, vous pouvez acheter des savons détachant compatibles avec les couches lavables (les couches lavables de bébés ont eux aussi les mêmes risques d’encrassage avec les savons classiques). Vous pouvez par exemple en acheter sur le site de la marque française Hamac.
      * 3 Le décrassage (aux cristaux de soude plutôt qu’au percarbonate de soude) est possible, mais peu recommandé car il abimerait la plupart des tissus utilisés pour la culotte elle-même. Si les consignes de lavage évoquées dans l’article sont respectées, un décrassage n’est pas nécessaire. Il ne doit pas non plus se substituer au lavage de la culotte. En revanche, si par mégarde la culotte a été lavée avec du savon à plusieurs reprises et que vous remarquez que le pouvoir absorbant de la culotte est moins performant, vous pouvez éventuellement faire un décrassage. Dans un bol d’eau, ajoutez 1/2 cuillère à café de cristaux en soude (à acheter en boutique bio, par exemple) et remuez. Puis faites-y tremper l’entre-jambes de la culotte (afin que le reste de la culotte n’y trempe pas) et laissez poser une nuit 🙂 Répétez si besoin. Cela permettra probablement de récupérer la culotte si elle est encrassée.
      A très bientôt sur le blog !
      Aline

  8. Merci pour cet article.

    Avis aux bricoleuse ou à celles que le coût freine:
    il existe la possibilité de faire sois même ses culottes menstruelles en achetant seulement la partie absorbante et en la cousant sur ses culottes préférées (comme c’est le cas ici https://www.plim.fr/fr/culottes-menstruelles/1073-kit-culotte-menstruelle-diy-plim.html) ou en créant le noyau absorbant de toute pièce bien qu’il soit difficile de trouver des tissus bio (d’ailleurs, si vous avez des références, je suis preneuse). Idem pour les serviettes lavables.

    Pour celles que le coût freine, je pense que c’est aussi une bonne solution, mais la coupe doit revenir meilleur marché tout compris.

  9. Merci beaucoup pour cet article ! Petite nuance à apporter, j’utilise une coupe menstruelle depuis plusieurs années, et lors de la pose de mon stérilet, ma gynéco m’a affirmé qu’il n’y avait pas d’incompatibilité entre les deux, donc je pense que le discours à ce sujet peut varier en fonction des professionnel‧les de santé 🙂

    J’ai découvert les tampons lavables, et même sans ce que tu dis à ce sujet, j’avoue que ça ne me fait absolument pas envie 😀

    1. Bonjour,
      Oui tout à fait, le discours varie d’un professionnel à l’autre. N’étant pas médecin ni sage-femme, j’ai simplement relayé le conseil le plus prudent donné par des professionnels. Mieux vaut donc toujours demander des conseils personnalisés à son gynécologue ou sage-femme 🙂
      A très vite sur le blog j’espère !
      Aline

  10. Bonjour, Merci pour ce blog.
    De mon coté j’utilise une cup depuis plus de 10 ans et cela m’a changé la vie !!!
    Après juste un cycle pour apprendre à bien la poser, je suis super à l’aise avec, c’est pas cher, confortable et propre. Je la porte sans problème 8 à 10 heures, Y compris la nuit et n’ai jamais eu aucun soucis.
    Le syndrome du choc septique était surtout à craindre avec les premiers tampons trop absorbants. La cup étant neutre et le vagin un milieu bien équilibré, si on ne le « décrasse » pas, et qu’on rince bien sa cup, tout se passe bien.

  11. j’ai des plim depuis longtemps et une culotte réjeanne taille haute (c’est rare d’en trouver dans les autres marques)
    après des années d’utilisation j’ai abandonné la CUP trouvant les SHL bien plus confortables, mon périnée ayant tendance à laisser descendre la cup.
    Pour le lavage je fais ma lessive à 40°C avec du percarbonate (j’évite de mettre les SHL à 30 car je fabrique ma lessive au savon de Marseille). Je n’ose pas faire ma lessive aux cristaux de soude et pas envie d’avoir un produit supplémentaire sous mon évier, sachant que je vis seule et que les SHL c’est une lessive toutes les 5 à 6 semaines (j’ai un cycle long).

  12. Une autre solution : devenir continente menstruelle, c’est à dire arriver à gérer son flux. Pas facile, mais on trouve des infos sur le web. Perso, je réussis à vider une partie de mon flux dans les toilettes et ça résout déjà pas mal de problèmes

    1. Bonjour Muriel
      avez- vous eu des enfants ? parce que moi après 2 accouchements par voie basse mon périnée n’est pas toujours au top … et autant je sens bien quand je vais aux toilettes que je « lâche » une partie du flux, autant je ne peux pas compter dessus pour être tranquille

  13. Bonjour, je me permets de rebondir concernant le paragraphe sur la CUP – Stérilet  » peu recommandé par les professionnels de la santé ». C’est peu recommandé au début de la pose en effet, pour laisser le temps au stérilet de bien s’encrer. Ensuite, ma sage-femme m’avait indiqué qu’il était peu recommandé car il peut y avoir un  » effet ventouse  » en retirant la CUP et faire partir le stérilet en même-temps. Cet  » effet ventouse  » n’est possible que si l’on ne pince pas la CUP, hors si l’on ne pince pas, bah… on ne sait pas utilisé une CUP tout simplement et cela peut même être dangereux en général de ne pas pincer, on peut tirer comme une cinglée et se faire très mal !
    Enfin bref, je j’utilise le couple stérilet/CUP depuis 3 ans maintenant sans problème. Si vous avez confiance en vos doigts, vous pouvez avoir confiance en votre CUP et au maintien de votre stérilet ! 🙂

    Bravo pour votre article,
    Bonne continuation à vous

    1. Bonjour et merci de votre commentaire et de ce infos ! Comme indiqué ci-dessus, mieux vaut en effet toujours demander des conseils à son gynécologue ou sage-femme avant de tester une cup lorsqu’on a un stérilet 🙂
      A très bientôt sur le blog !
      Aline

  14. Bonsoir Aline,

    Je viens donner mon avis sur la marque Ashel by Lemahieu que vous citez, car je n’en ai pas la même expérience que vous… J’ai investi dans un short menstruel « absorbant ++ » et je suis conquise ! J’ai pourtant un flux particulièrement abondant, et cela convient parfaitement pour une nuit complète, même celle où les règles sont les plus abondantes. Côte taille, je fais habituellement une taille 40, et le shorty en taille S me va bien (38/40 – alors même que mes 2 autres culotte, marque Blooiong, taille 40, serrent bien plus au niveau des coutures).
    Habitant près de Lille, je suis d’autant plus satisfaite de cette marque locale de grande qualité (ils sont situés à St André-lez-Lille, et ce serait dommage de leur faire du tort sur une expérience négative sur un seul de leurs produits… ;-))

  15. Bonjour Aline,
    Les 2 culottes que j’utilise sont So’ cup pour la nuit et pour la journée Réjanne. Le seul reproche que j’ai à faire concernant cette dernière c’est qu’elle ne met en avant qu’un seul type de femme avec le corps mince qui va avec. Sinon elles sont top toutes les 2.

  16. La marque pourprées est top ! Même leur emballage est minimaliste et respectueux de l’environnement 👌

Laisser un commentaire ici