Recette ultra simple et économique de déodorant naturel à bille

Pourquoi éviter les déodorants conventionnels* ?

Comme beaucoup de cosmétiques du commerce, les déodorants conventionnels sont loin d’être exempts d’ingrédients pouvant être polluants à produire (comme les dérivés de palme ou de pétrole) mais aussi dangereux pour la santé (citons par exemple le propylène glycol, le BHT ou encore de nombreux parfums artificiels).

A noter : à la différence d’un déodorant simple, un anti-transpirant empêche le processus de transpiration, en fermant les pores de la peau. Et ce grâce à un seul ingrédient : les sels d’aluminium. Or ce dernier serait de plus en plus mis en relation avec des risques augmentés de cancers du sein, chez la femme comme chez l’homme. Les études sur le sujet sont encore peu nombreuses ou difficilement exploitables, ce qui ne permet pas d’arriver à une conclusion claire sur ce potentiel lien. En attendant plus de données, mieux vaut donc appliquer le principe de précaution et se passer de ces produits possiblement dangereux.

*Conventionnels : non certifiés biologiques.

Gare au greenwashing au rayon déodorants !

Certains aspects de leur packaging peuvent faire penser à des déodorants naturels… sans que ce soit le cas du tout. AUCUN des exemples suivants ne présente une garantie quelle qu’elle soit quant à l’innocuité du déodorant en question :

  • Des images de feuilles, fleurs, fruits : elles font souvent référence simplement aux parfums de synthèse.
  • « Extrait naturel de (…) » : cela n’empêche en rien la présence d’ingrédients dangereux.
  • « A l’aloe vera » (ou tout autre ingrédient naturel mis en avant) : la présence de cet ingrédient naturel n’empêche en rien la présence d’ingrédients nocifs par ailleurs. Cet ingrédient peut même ne pas y être présent du tout, il peut simplement s’agir d’un simple parfum de synthèse (cela sera alors précisé en petit à l’aide d’un astérisque) !
  • « Sans parabène » : idem, cela n’empêche en rien la présence d’autres ingrédients (notamment des conservateurs) tout aussi cancérogènes que les parabènes.
  • Des noms ou des mots tels que « Nature », « Zéro % », … : ces termes ne sont pas encadrés par la loi et sont, quasi systématiquement, de simples noms marketing sans garantie.
  • Un achat en parapharmacie : paradoxalement, les rayons des parapharmacies sont eux aussi malheureusement remplis de produits contenant de nombreux perturbateurs endocriniens…

Notez que la pierre d’alun, bien que souvent présentée comme une alternative saine aux déodorants classiques, est de l’aluminium naturel. Les effets possibles de l’aluminium naturel ont fait l’objet d’encore trop peu d’études. Par principe de précaution, je préfère donc ne pas l’utiliser et proposer d’autres alternatives sans aluminium et dont l’innocuité est certaine.

 

Une vraie garantie s’offre à vous : les labels fiables. Je précise bien fiables, car peu le sont vraiment. Choisissez toujours des cosmétiques certifiés biologiques (label CosmeBio), ou arborant des labels encore plus exigeants, comme Nature&Progrès ou Slow Cosmétique (ce dernier label apporte d’ailleurs aussi des garanties éthiques et sociales). Ces déodorants ne sont néanmoins pas dépourvus d’emballages et leurs prix peuvent rapidement grimper. Pour pallier cela, vous pouvez fabriquer votre propre déodorant, si vous en avez envie.

Comment choisir sa recette ?

Si vous avez déjà parcouru ce blog, vous savez que mon mot d’ordre est la simplicité ! Je ne partage que des recettes les plus simples possibles : des ingrédients peu nombreux et faciles à acheter et pas de matériel spécifique (bye bye les recettes nécessitant un bain-marie, un thermomètre, etc).

Comment fabriquer votre déodorant : LA RECETTE

Personnellement, j’utilise depuis des années mon déodorant maison sous forme de baume. Une recette ultra simple à seulement deux ingrédients, que vous pourrez retrouver dans cet article (cliquez ici).

Mais ici, monsieur n’est pas fan du format déo en baume et préfère les déo à bille. J’ai alors concocté et perfectionné la recette ci-dessous, pour qu’elle soit à la fois efficace et la plus simple et économique possible.

Ingrédients :

  • 12 cuillères à soupe de gel alimentaire d’aloe vera (à acheter au rayon compléments alimentaires des magasins biologiques, par exemple. Veillez à acheter du gel et non du jus, bien trop liquide)
  • 3 cuillères à soupe rases de bicarbonate de soude alimentaire (il faut qu’il soit le plus fin possible afin de ne pas gêner le fonctionnement de la bille. La granulométrie varie d’une marque à l’autre. Personnellement, pour cette recette, j’utilise celui de la marque Ah Table, beaucoup plus fin que celui de la marque La Baleine, que j’utilise pour le reste, c’est-à-dire le ménage).
  • 3 cuillères à soupe rases de fécule de maïs (type Maïzena)
  • 40 gouttes de conservateur pour cosmétiques maison aqueux (personnellement, j’utilise celui-ci ou celui-ci).

Matériel :

  • 1 bol
  • 1 cuillère à soupe
  • 1 filtre de cuisine (type chinois)
  • 1 contenant à bille pour déodorant maison (personnellement j’utilise celui-ci. Il en existe aussi en verre, comme celui-ci, mais leur bille est souvent plus petite et donc moins pratique pour un déodorant).

A noter : j’utilise ici du gel d’aloe vera alimentaire, car il est environ 5 à 10 fois moins cher que le gel d’aloe vera cosmétique. La seule différence est que ce dernier contient déjà des conservateurs (non alimentaires) et peut donc être conservé hors du frais après ouverture. Si vous utilisez du gel d’aloe vera cosmétique pour cette recette, vous n’aurez pas besoin d’ajouter un conservateur) lors de la recette. En revanche, il sera souvent plus épais que sa version alimentaire : n’hésitez donc pas à ajouter quelques gouttes d’un hydrolat pour obtenir un déodorant suffisamment liquide.

 

1- Dans un bol propre, mélangez tous les ingrédients. Veillez à casser le maximum de grumeaux.

2- Filtrez la préparation grâce à un chinois de cuisine. Cela sert à éviter tout grumeau qui pourrait gêner le fonctionnement de la bille.

3- Versez le tout dans votre contenant à bille. S’il vous en reste, conservez-le dans un bocal hermétique. Vous pourrez ensuite le transvaser dans votre contenant à bille une fois qu’il sera vide. Cela vous évite d’acheter plusieurs contenants à bille par personne.

Ce déodorant maison se conserve hors du frais plusieurs semaines.

A noter : le gel d’aloe vera alimentaire ne contient pas de conservateur. Une fois ouvert, il ne se conserve que 4 semaines au frais (inutile de vous préciser que votre bouteille, si utilisée que pour ce déodorant, vous durera bien plus longtemps !). Je vous conseille donc d’y ajouter votre conservateur (directement dans la bouteille), à hauteur de 0,6 à 1% du poids (s’il vous reste 1 litre de gel, ajoutez 6 à 10 g de conservateur). La prochaine fois que vous fabriquerez votre déodorant, vous n’aurez donc besoin d’ajouter à votre préparation que 10 gouttes de conservateur. Attention, une fois le conservateur ajouté, le gel ne peut plus être utilisé pour des usages alimentaires (pensez à le préciser sur la bouteille).

 

Si vous voulez augmenter l’efficacité du déodorant, ajoutez-y 10 gouttes d’huile essentielle biologique de palmarosa. Mais attention aux huiles essentielles, ce ne sont pas de simples parfums, mais des substances très concentrées aux propriétés loin d’être anodines. Elles sont à utiliser avec parcimonie (d’autant par ailleurs que leur fabrication a de lourds impacts environnementaux : plusieurs kilos de végétaux sont souvent nécessaires pour quelques millilitres d’huile essentielle). Notez que la palmarosa doit être bannie pour les femmes enceintes ou allaitantes et chez les enfants. 

Ce déodorant naturel me coûte environ 15€ le litre, soit un peu moins cher que les déodorants premier prix, mais aussi environ 3 fois moins cher que les déodorants de marques leaders classiques et environ 4 à 6 fois moins cher que les déodorants biologiques.

Trouvez d’autres astuces et recettes à la fois écologiques et économiques dans mon nouveau livre Ecologique sans me ruiner ! Rendez-vous ici pour en savoir plus : « Ecologique sans me ruiner », LE guide pratique pour réduire son empreinte écologique… et économiser jusqu’à 6000€ en une année !

LIRE AUSSI :


2 réflexions sur “Recette ultra simple et économique de déodorant naturel à bille

  1. Bonjour Aline,
    Après 2 bons mois d’utilisation, je peux enfin vous dire merci ! J’ai trouvé MA recette magique, efficace en toutes circonstances, fluctuations hormonales et sport compris !
    Après avoir testé beaucoup de recette décevante pour moi, j’avais très envie d’essayer la vôtre.
    Et comme d’habitude avec vos astuces et recettes, c’est aussi la simplicité qui m’a séduite. J’ai juste remplacé l’amidon de maïs par de l’arrow root que j’avais déjà.
    Merci encore, j’ai trouvé mon déo !

  2. Bonjour, est ce possible d’utiliser plutôt la vitamine E comme conservateur ? Quelle sera la différence par rapport au votre ?
    En vous remerciant pour cette recette 😁

Laisser un commentaire ici