Œufs responsables : 5 choses indispensables à savoir pour bien les choisir

Décryptez les codes de vos œufs !

Saviez-vous que les codes imprimés sur vos œufs vous apportent des informations primordiales pour bien les choisir ? Un chiffre, variant de 0 à 3, vous permet par exemple de connaître le type d’élevage d’où provient votre œuf.

 

Le code "3" : Elevage en cage

Les conditions atroces de vie des poules en cages donnent la nausée. Elles y sont enfermées 24h/24h dans des cages métalliques au nombre de 18 poules par mètre carré. Elles ne voient jamais la lumière du jour de leur vie, ni ne peuvent marcher ou courir. Ce type d’œufs est présent dans les rayons œufs des supermarchés mais aussi surtout dans les produits transformés non biologiques (gâteaux, plats préparés, etc.).

En savoir plus sur les élevages en cages ici.

Le code "2" : Elevage au sol
Elevage au sol. Source : vertmongre.com

Ce type d’élevage n’est pas aussi idéal que ce qu’on aimerait croire. Imaginez de grands hangars sans ouvertures, dans lesquels les poules sont entassées au sol… par milliers voire dizaines de milliers (9 poules par mètre carré). Sans perchoir ni accès à l’extérieur, il leur est entièrement impossible de répondre à leurs besoins primaires et naturels sur les plans comportemental et social.

Le code "1" : Elevage dit "plein air"
Elevage dit "plein air". Source : Les Marchés

Enlevez tout de suite de votre esprit les images de poules gambadant dans l’herbe fraîche, car elles sont réservées aux publicités. La réalité du « plein air » est tout autre. Les conditions de vie des poules n’y sont pas bien différentes de celles des élevages au sol (voir ci-dessus). A une exception : elles ont accès à un enclos à l’extérieur, seulement quelques heures par jour, bien souvent constitué de terre battue sans ombre, ni perchoir ou nichoir. Là aussi, elles ne peuvent pas y répondre à leurs besoins primordiaux.

On accorde souvent au Label Rouge plus de garanties qu’il n’en apporte vraiment. Il n’a pas vraiment vocation à apporter des garanties liées à l’environnement ou aux conditions de vie des poules, mais est plutôt fait pour augmenter le plaisir du consommateur, notamment en garantissant la fraîcheur du produit. D’un point de vue environnemental et des conditions de vie, les élevages Label Rouge sont de simples élevage dits « plein air », auxquels quelques obligations sont ajoutées, comme un espace plus grand à l’extérieur (mais pas à l’intérieur) et une limite de 6000 poules par bâtiment (contre aucune limite dans les élevages « plein air » classiques).

Le code "0" : Elevage certifié biologique

Bien qu’il soit imparfait, c’est de loin le type d’élevage qui apporte le plus de garanties sur le plan de l’environnement et des conditions de vie des poules. Dans les hangars, les poules y vivent à un maximum de 6 poules par mètre carré (et à un maximum de 3000 poules par bâtiment). Leur enclos extérieur doit comporter un espace d’ombre, un espace herbeux et un parcours leur permettant de répondre à certains de leurs besoins, comme faire leur toilette ou se percher en hauteur. Bien d’autres critères y sont obligatoires, concernant notamment l’alimentation des poules (qui doit provenir à 95% de l’agriculture biologique).

Malheureusement, dans l’ensemble de ces modes d’élevages, certaines pratiques restent légales et presque systématiques, comme des pratiques de mutilations (comme les becs coupés dès la naissance). Les poules âgées d’un an à un an et demi sont presque systématiquement envoyées en abattoir car leur productivité en œufs baisse légèrement. Enfin, dans l’ensemble de ces modes d’élevages, les poussins mâles (ne produisant pas d’œufs et ne « pouvant » pas être utilisés pour leur viande car de « races à œufs » ou non « à chair ») sont broyés ou gazés vivants et conscients… Des pratiques qui restent bien malheureusement tout à fait légales en France aujourd’hui. Une seule marque en France, Poule House, refuse cette pratique.

Quelles solutions existent ?

  • Si vous voulez acheter des œufs ou des produits contenant des œufs, choisissez-les systématiquement certifiés biologiques.
  • Vous pouvez aussi réduire votre consommation d’œufs. Car il est tout à fait possible de cuisiner sans œufs ! Je partage d’ailleurs dans mon nouveau livre, Le Guide de l’Alimentation Durable, mes recettes faciles sans œufs (gaufres, pancakes, crêpes, etc).
  • Si vous habitez en milieu péri-urbain ou rural, pourquoi ne pas avoir vos propres poules ? Des œufs frais chaque jour, cela fait rêver, non ? Par ailleurs, elles adoreront vos épluchures et restes alimentaires, ce qui permet de leur donner une seconde vie utile !

Pour en savoir plus sur les œufs, avoir des conseils de marques plus engagées, des chiffres-clés intéressants ou encore de nombreuses recettes faciles de plats, desserts et goûters pour cuisiner sans œufs, découvrez mon tout nouveau livre, Le Guide de l’Alimentation Durable,  dans toutes les librairies ! Avec des astuces simples et accessibles, il vous aide à réduire les impacts environnementaux de votre alimentation, sans sacrifices.

Pour soutenir les libraires indépendants, évitez de l’acheter sur les grandes plateformes en ligne ou les grands magasins de chaines. Privilégiez si possible les petites librairies locales ou le site d’un réseau de libraires indépendants leslibraires.fr

LIRE AUSSI


9 réflexions sur “Œufs responsables : 5 choses indispensables à savoir pour bien les choisir

  1. Il existe desormais « RespEGGt : Commercialisé en Allemagne, c’est la premiere marque d’oeuf qui ne tue aucun poussin vivant, grace a une methode de sexage dans l’oeuf.
    Voir aussi ces 2 rticles en anglais du Telegraph et Poultryworld :

    https://www.telegraph.co.uk/news/2018/12/22/ethical-respeggt-eggs-could-save-billions-male-chicks-slaughter/
    et
    https://www.poultryworld.net/Eggs/Articles/2018/6/Egg-sexing-close-to-market-301797E/

    ca avance dans ce domaine !

  2. Merci Aline, je pensais à tort que le label rouge garantissait des conditions de vie sensiblement égales à celles des élevages bio. Je me rends compte que ce n’est pas le cas. Ce serait pourtant dommage de se passer des œuf : un aliment simple et tellement complet d’un point de vue nutritionnel.

Répondre à Valmier Annuler la réponse.