Pourquoi et comment je suis sortie de la logique de « Fast fashion »

FAST5

C’est quoi la « Fast fashion » ?

Littéralement, c’est la « mode rapide », que je préfère traduire par la « mode-éclair ». C’est une mode qu’on consomme : une soudaine envie d’acheter une robe pour vous détendre ? Vous n’avez qu’à aller rapidement dans une grande enseigne de vêtement, et pour à peine 10€ vous aurez assouvi votre envie subite. C’est aussi la logique de collection très courte, d’une ou deux semaines au lieu d’une saison, et donc de renouvellement constant.

FAST3

La « Fast fashion », c’est aussi se lasser rapidement de son dressing. C’est cette envie quasiment constante de le renouveler, et d’aller racheter. C’est le principe de la mode (elle change, il faut adapter son dressing régulièrement. C’est donc bien une forme d’obsolescence programmée), mais encore davantage poussé.

Cette logique est clairement la démarche des enseignes aux petits prix, type H&*, Cama*eu ou Prim*rk.

Mais l’envers du décor n’est pas glorieux : nous y dépensons de larges sommes d’argent sans s’en apercevoir, nous sommes souvent accros à ces achats, les impacts environnementaux de la fabrication de ces vêtements low cost sont astronomiques (l’industrie textile est l’ailleurs la deuxième industrie la plus polluante au monde après celle du pétrole), et les conditions de travail des ouvriers (souvent au Pakistan, Laos ou encore Bangladesh) sont loin d’être satisfaisantes.

Je vous conseille fortement ce reportage de France 2 (Cash Investigation), qui explique (en partie) les prix toujours plus bas de ce type d’enseignes.

 

Pourquoi j’ai voulu sortir de cette logique de Fast Fashion ?

– Pour économiser de l’argent ;

– Pour ne plus encourager ce genre de conditions de fabrication : en tant que client, nous avons un pouvoir qu’on sous-estime souvent. Quand on achète, cela signifie qu’on approuve le produit, sa marque, ses emballages, etc. Quand on achète, on augmente aussi les demandes de production de produits aux caractéristiques similaires (comme les moyens que le fabriquant a utilisés pour diminuer ses coûts) ;

– Pour ne plus enrichir des entreprises qui ne correspondent pas à mes valeurs ;

– Pour reprendre le contrôle de mes achats : on sort des achats d’impulsion et d’une certaine dépendance à l’acte d’acheter.

 

Des astuces pour en sortir ?

FAST4

– Avant d’acheter un vêtement, écrivez-le sur une liste de choses à acheter. Quelques jours plus tard, vous vous rendrez peut-être compte que l’achat n’est en fait pas nécessaire. Cette astuce permet d’éviter les achats impulsifs.

– Avant d’acheter un vêtement ou de l’inscrire sur la liste, ouvrez votre dressing, et regardez ce que vous avez déjà. Peut-être avez-vous déjà 3 shorts et qu’un quatrième ne serait en fait pas nécessaire. Peut-être possédez-vous déjà 10 t-shirts de la même couleur et d’une forme similaire. Peut-être verrez-vous que votre dressing est déjà bien rempli et que vous n’avez pas besoin de plus.

FAST1

 

 

Éviter de passer dans les grandes artères commerçantes, ou les centres commerciaux. C’est tout simplement éviter une tentation inutile. Les vitrines et les rayons sont faits pour être attrayants et l’acte d’achat est très facile et peu coûteux. Même avec de grands principes, il est toujours facile de céder (oui, on n’est pas parfaits!). Quand c’est possible donc, passer par d’autres rues où la tentation est moins grande. Si vous n’avez pas le choix, évitez de trop vous attarder en regardant les vitrines.

 

 

FAST2

– Avant d’acheter (et ça marche aussi pour tous les achats, autres que vestimentaires), demandez-vous quels sont les impacts (environnementaux, sociaux, etc) du vêtement : où a-t-il été fabriqué (l’étiquette vous le dira), comment a-t-il été fabriqué, quelle pollution a-t-il générée (préférez les productions locales pour éviter la pollution du transport, par exemple), à quelle organisme vais-je donner mon argent dans cet achat, etc. L’achat est ainsi vu dans son ensemble.

Et la « Slow fashion », c’est quoi alors ?

FAST7

Ce qu’on pourrait appeler, par opposition, la « Slow fashion », c’est prendre son temps pour acheter ses vêtements et choisir ses achats en fonction des pratiques qu’on souhaite encourager.

FAST8Personnellement, je choisis d’avoir un petit dressing, avec peu de vêtements, en ne gardant que ceux que j’aime vraiment, et donc que je porterai vraiment. C’est ce qu’on appelle du « minimalisme » dans son dressing, et c’est le sujet de cet article : Le « minimalisme » de mon dressing, pour libérer mon esprit et ma maison

Par ailleurs, je n’achète que des vêtements d’occasion, principalement en friperies solidaires (les vêtements proviennent de dons, et la totalité des profits des ventes est reversée à une association caritative) et sur Vinted (une appli de vente de vêtements et accessoires entre particuliers). Pour en savoir plus, lisez l’article « Comment diviser son budget mode par 3 ! »

 

Espad

 

Halte aux préjugés : en friperie il est possible de trouver des vêtements tout à fait à la mode (et même parfois encore en magasins), de marques ou non et à petits prix. Avis aux amateurs de mode : vous y trouverez donc tout à fait votre bonheur, en faisant en plus des économies !

 

 

Lire aussi :


17 réflexions sur “Pourquoi et comment je suis sortie de la logique de « Fast fashion »

    1. Bonjour Isabelle, merci de me l’avoir dit. WordPress (la plateforme du blog) a eu beaucoup de bugs depuis deux jours. je viens de tout arranger. Désolée pour le dérangement, vous pouvez maintenant lire l’article 🙂
      A très bientôt,
      Aline

  1. J’adhère à 100%. Je n’ai pas acheté de vêtements neufs depuis plus de 2 ans. Je transforme principalement mes propres vêtements pour en faire de nouveaux car pour moi slow fashion ne veut pas dire ne pas suivre la mode. Pour les vêtements trop complexes à coudre je les achète en dépôt vente ou vide dressing!

    1. Bien joué ! J’ai vu sur ton blog que tu étais très douée pour customiser tes vêtements 🙂 Il y a beaucoup de stéréotypes quand aux friperies (qui vendraient que du vieux et du démodé), mais c’est faux : on trouve les mêmes choses qu’en magasins classiques (surtout en friperies solidaires), mais 3 fois moins cher !
      Aline

      1. Bien sûr que l’on trouve des vêtements à la mode dans les friperies vu que les gens se débarrassent de leurs vêtements pour pouvoir en racheter d’autres 😉

  2. j’adhère totalement à cette philosophie, sans en prendre la décision, je me suis tournée inconsciemment vers la slow fashion il y a un moment déjà (bon c’est peut être aussi une overdose de fringues due a mon travail ^^). Je n’ai jamais été une shopping addict mais j’ai quand même vu le changement: j’utilise mon argent pour autre chose, mes placards ne débordent pas et je sens que j’ai vraiment le contrôle sur mes achats.
    Puis c’est vraiment une démarche éco-responsable d’adopter cette attitude, un moyen de réduire notre impact sur l’environnement.
    Je parle de ce sujet sur mon blog http://www.mesideesnaturelles.fr car comme pour vous, je fais aussi les vide dressing, les friperies.

    Ps: j’ai bien aimé le fait que tu casses le cliché des friperies! 😉

    1. Merci pour ce commentaire Mes idées naturelles !
      Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est une démarche (plus ou moins consciente, effectivement) pour soi mais aussi pour des raisons extérieures (j’aime bien quand tu dis que c’est une démarche « éco-responsable », ça correspond bien je trouve) 🙂
      A très vite, sur ton blog ou le mien 😉
      Aline

  3. Je fais régulièrement du tri dans ma penderie, et j’adore organiser avec mes copines ce que j’ai appelé des « vides placards » : chacune vient avec ce qu’elle ne veut plus voir, qu’elle troc, donne ou vend à mini prix, on passe une aprem génial, et quand tout est fini, je mets ce qui n’a pas été pris en carton et Emmaus vient tout chercher !
    En ce moment, je fais aussi pas mal de tri avant de déménager, et y a du boulot, à tous les niveaux, mode comme petit éléctroménager (en mode « tiens, j’avais acheté ça moi ? » en découvrant un mixeur au fond du placard >_< ) Du coup, demain, je vide mes placards pour les copains haha ! (et je prépare des cookies pour les accueillir. la vie est toujours plus cool avec des cookies !)

    1. Bonjour Amélie ! Je trouve ton idée de journée échanges de vêtements absolument géniale, bravo !!
      Oh que je te comprends, les déménagements, c’est beaucoup de travail, mais au moins ça force au minimalisme, ce qui n’est pas plus mal ! 😀
      (J’approuve : les cookies, ça arrange tout !)
      Aline

  4. C’est ce que je fais 🙂 je récupère les fringues de ma sœur ou j’achète d’occasion 🙂 le soucis c’est que j’en ai beaucoup trop là :p du coup comme je disais sur l’autre article à ce sujet je vais désencombrer (je ne sais pas si le commentaire est passé car entre temps j’ai du me connecter à mon espace wordpress au pire je le referai :p )
    Bref merci pour cet article 🙂

  5. Je confirme on trouve de très belles pièces en friperie et moi je préfère même cette diversité des produits, des styles mélangés au même endroit…c’est bien plus sympa que des modes identiques que l’on voit partout à la même période…

    1. C’est vrai, tu as tout à fait raison, je n’avais pas réalisé cet avantage ! L’offre est très diverse (en qualité (en friperie solidaire, on trouve des vêtements de luxe, comme des vêtements de chaines de qualité moyenne ou basse), en style, en matière, etc). Et cela nous fait oser ou tester des choses vers lesquelles on ne serait peut-être pas allés et finalement qu’on aime ! 🙂
      Aline

  6. Article super et qui me conforte dans mon choix !
    Bon pas toujours évident de trouver LA fringue idéale quand on a une idée en tête, la tentation de revenir en magasin peut être très forte.
    Par contre, petite précision d’importance : au même titre que la lingerie, il est déconseillé d’acheter ses CHAUSSURES d’occasion. Cela pour la raison évidente que nous avons tous des démarches différentes, de fait une même paire de chaussure porté par 15 personnes différentes sera usée de 15 façons différentes. Porter une paire de chaussure déjà usée, c’est risquer des problèmes de posture, dos, crampes, etc. (oui, même ré-semélée..)
    A méditer. :/

Répondre à BADIN LEE Maureen Annuler la réponse.